Fondation Moi pour Toit
Fondation Moi pour Toit

Actualité de la Fondation

Christian Michellod aux petits matins de RTS-La 1ère
Par: Fondation Moi pour Toit
Dans: News
Le 24 Fév 2012

Pour les lève-tôt… la Fondation Moi pour toit était l’invitée des « Petits Matins », l’émission de la Première de la Radio suisse romande, ce vendredi matin 24 février 2012 de 5 heures à 6 heures. Un direct avec Joséphine Morisod, volontaire valaisanne actuellement en Colombie est prévu. Le rattrapage est possible sur www.rsr.ch/lespetitsmatins/ ou ci-dessous.

C’est un voyage sac au dos qui a changé la vie de Christian Michellod, journaliste sportif au Nouvelliste. Dans une gare perdue de Colombie, il croise le regard d’une petite fille, nue, qui sort d’une cabane. Ce regard sera à l’origine de Moi pour Toit. Il doit faire quelque chose pour ces enfants. Au départ, ce sera une famille, un enfant, un congélateur offert grâce à des dons récoltés dans une fête de famille. Aujourd’hui, c’est une Fondation qui accueille 180 enfants, de 0 à 18 ans, en permanence. Ces enfants, viennent de la rue, amenés à la Moi pour Toit par la police où les services de la jeunesse de la ville de Pereira, parfois abandonnés nouveaux-nés, devant la porte du centre d’accueil.

Moi pour Toit, c’est aussi 70 collaborateurs professionnels et salariés, colombiens, à l’exception de quelques stagiaires venus de Suisse. Ils assurent l’accueil, les soins, l’hébergement et la formation des enfants. S’il y a des échecs, la grande majorité a réussi dans sa vie, certains ayant poursuivi des études jusqu’à l’université. Moi pour Toit, première ONG suisse active en Colombie a un budget de 1,1 million de francs par an, couvert pour un tiers par le gouvernement colombien. Le solde provient des parrains de la Fondation et de donateurs. Elle ne bénéficie d’aucune subvention publique.

Fierté de Christian Michellod, “Papa Christian” à Pereira, chaque franc versé en Suisse arrive intégralement en Colombie. Les frais administratifs sont couverts par la vente de quelques produits dans une boutique de Martigny. Le credo de Christian Michellod restera toujours “aider mais pas assister”. Cette conviction apporte son lot de réussite même si, constat, “la misère n’a pas changé de camp”. Papa Christian l’accepte: “je ne peux pas aider toute la planète. Pour moi, il suffirait de sauver un enfant, ne serait-ce qu’un seul”. Grâce à Moi pour Toit, en 25 ans, ils sont 6000.

Commentaires

Répondre

*